• Euskaraz
  • Imprimer la page
  • Augmenter la taille du texte
  • Diminiuer la taille du texte

Les bergers itinérants Le devenir du berger …

L'avenir des territoires de montagne, et plus particulièrement, celui de la montagne basque est une problématique qui devient de plus en plus importante.

La montagne est encore un espace de vie, grâce à son pastoralisme considérablement actif. Le nombre d'éleveurs transhumants y est important et cet espace est assimilé à une ressource fourragère. L'estive est l'outil de production des bergers,  elle est leur lieu de travail et de vie. Le pastoralisme respecte dans sa globalité les principes de développement durable. Les espaces pastoraux ont un rôle économique, environnemental et social. Les activités pastorales ont construit ces espaces, ont maintenu la qualité des paysages et la diversité biologique, ont préservé les grands équilibres, et ont contribué à la prévention des risques.  Ainsi, le pastoralisme peut être considéré comme le socle du développement montagnard.

Aujourd'hui, la montagne est attrayante et son utilisation est devenue plurielle. Elle engendre une fréquentation de nouveaux publics : randonneurs, touristes, environnementalistes. De façon générale, la multifonctionnalité de la montagne est source de richesse, et une chance pour notre territoire. Mais il ne faut pas oublier que le berger reste la clé de voûte de cet équilibre fragile et garde un rôle essentiel dans l'écosystème montagnard et dans le développement d'activités annexes. La montagne basque est réputée pour sa qualité en matière de paysages, et elle est également le théâtre d'une intense vie économique, la plus importante et la plus ancienne : « le pastoralisme ».

Si le Pays Basque a conservé un pastoralisme dynamique, cela est loin d'être le cas de la plupart des régions de montagne françaises. Nous ne sommes donc pas à l'abri de mutations similaires aux autres régions, avec une remise en question de cette activité. Pour éviter cela, il est primordial de s'employer à encourager un pastoralisme vivant, en restaurant la place du berger dans l'économie  des montagnes. La Charte de développement durable de la Montagne Basque a réaffirmé l'importance des bergers sans terres : « la montagne basque est entretenue par des activités sylvo-pastorales dynamisées, reconnues et valorisées dans laquelle se développent des activités de loisirs et un tourisme responsable, respectueux de l'environnement et du patrimoine culturel, pratiqués par des utilisateurs sensibilisés et informés ». Elle a donc inscrit les activités agropastorales et forestières comme clés de voûte de l'aménagement et du développement de la montagne basque, dans ses quatre orientations stratégiques.

 
Conception et réalisation : Novaldi